Interview J’aime / J’aime pas : Raphaël Doucet

Interview J’aime / J’aime pas : Raphaël Doucet

La dernière interview sur ce blog date de quelques mois, et plutôt que de poser des questions traditionnelles, j'avais de reprendre le concept des interviews de Thierry Ardison : le j'aime / j'aime pas. Et pour l'occasion, j'ai invité Raphaël pour ce premier questionnaire. C'est parti !

Qu’est-ce que tu aimes et n’aimes pas dans le SEO ?

Ce que j'aime dans le SEO c'est rencontrer de nouveaux challenges quand un prospect me contacte ou quand j'ai une nouvelle idée à tester. Je trouve ça hyper motivant. J'ai pu découvrir des mondes, des thématiques vers lesquels je ne serai jamais allé sans ça.

En revanche ce que j'aime pas ce sont les claques aux odeurs de penguin et panda. Mais par dessus tout, quand un site refuse de monter et que je ne sais pas pourquoi. Un penguin ou un panda tu le sais que tu vas le prendre car tu as joué avec le feu. Mais parfois pour un site quand ça ne veut pas, ça ne veut pas.

Qu’est-ce que tu aimes et n’aimes pas dans la communauté SEO ?

Malgré tout ce qu'on peut en dire, une partie de la communauté est prête à rendre service sans rien en retour. Et c'est ça que j'aime. Quand t'as une question ou besoin d'un coup de pouce, t'as des potes qui sont toujours là pour toi. Et même parfois des personnes que je ne connais pas. J'ai vraiment pu m'en rendre compte avec le VLC.

Ce que je n'aime pas c'est le climat que Google a réussi à imposer. Il rend les gens plus agressifs, plus avides de reconnaissance et de pouvoir. Et puis nous sommes nombreux à avoir de gros égos dans le SEO donc forcément ça se chatouille souvent et ça clash parfois.

Qu’est-ce que tu aimes et n’aimes pas à propos des réseaux sociaux ?

J'aime l'aspect immédiat de la chose. Tu as besoin d'un truc, un événement se passe à l'autre bout du monde. En une fraction de seconde tu es au courant. C'est vraiment top pour ça.

Ce que je n'aime pas, c'est l'utilisation que certains en font. Ils ne prennent pas le temps de vérifier une info, la course au sensationnel. Ça peut faire des ravages. Et certains oublient que le fait d'avoir un écran interposé n'enlève pas la responsabilité de ses propos.

Qu’est-ce que tu aimes ou n’aimes pas dans le développement web ?

Hum alors là comment te dire. Ce que je n'aime pas c'est le développement web :D. C'est ma grosse lacune et je ne prends pas le temps de m'y pencher pour la combler. Et puis vous faites ça tellement mieux que moi vous autres les drogués de la ligne de code. En revanche j'aime toutes les possibilités que cela ouvre.

Qu’est-ce que tu aimes et n’aimes pas dans ton travail quotidien ?

Dans mon travail quotidien ce qui me plait c'est de jouer avec Google. C'est vraiment le jeu du chat et de la souris ou du pas vu pas pris. C'est un peu la même chose avec la concurrence. Comme je le disais chez Laurent, pour le moment je m'éclate dans mon job.

Si je devais trouver un truc que je n'aime pas, c'est la pression qu'on te met ou que l'on se met seul sur certains projets. Quand une boite vient te voir car son site a été pénalisé et que t'es leur dernière cartouche ben c'est chaud. Y a des emplois derrière, des familles qui en vivent donc nos actes ont des conséquences que parfois on sous estime.

Qu’est-ce que tu aimes et n’aimes pas d’un point de vue privé ?

Alors là ce que j'aime c'est le whisky et surtout le fait de le partager entre amis. A bon entendeurs ;) . Si vous n'êtes pas fan de ce breuvage, on peut s'arranger avec une partie de pêche, de la moto ou si vous êtes mignonne à forte poitrine. Ah non zut on a pas le droit chez Hervé de dire n'importe quoi.

Ce que je n'aime pas d'un point de vue privé, ben là c'est une colle. Peut être les coups durs que t'inflige parfois la vie et qui te ramène brusquement sur terre. Mais bon là on va plomber l'ambiance. Disons que ce que je n'aime pas c'est le manque de respect en général et sous toutes ses formes.

Merci Hervé

PS : j'aime tous ceux qui auront lu jusqu'au bout :)

Si vous ne le connaissez pas encore, ce dont je doute, je vous invite à vous sur rendre sur le blog de Raph. Il y a de nombreux articles qui valent le détour. Pas tous hein, faut pas déconner non plus. :)

Catégorie Interviews - Écrit par le 13/05/2014 - Article lu 1 417 fois - 8 commentaires

8 réflexions sur ce billet

Sympa et rafraichissante comme interview tiens ! Ça change effectivement. Une expérience à continuer possiblement avec d'autres types d'interviews Ardisonnesques histoire de ne pas tomber dans le cliché.

Écrit par Keeg du site http://www.keeg.fr/
Le 14/05/2014 à 11h30

Pas mal cette interview, ça change un peu. Sur le contenu, je pense qu'on serait pas mal à répondre les même j'aime / j'aime pas. Tout le monde dans le même bateau.

@Julien ouep c'est vrai que c'est sympa comme format, c'est pour ça que j'ai dit oui à Hervé. Et aussi parce qu'il m'a grassement payé mais bon.

@Alexandre justement ça peut être l'occasion de voir un peu le ressenti de chacun :)

Écrit par Auvairniton du site http://pubely.fr/
Le 15/05/2014 à 01h05

Tiens, j'ai trouvé ce que je n'aime pas dans le référencement : les projets acceptés trop vite sans bien prendre en compte leur intérêt, faisabilité et rentabilité.

Je traine des pieds en ce moment pour finaliser 2 contrats : pistolets à billes et hypnose :/.

Écrit par Monica Médias du site http://www.monicamedias.com/
Le 15/05/2014 à 01h24

Le truc le plus culte d'Ardisson reste l'auto-interview (Cf Gainsbourg/Gainsbarre). Alors imaginons une interview Raph est si haut versus Doucet trop high. Quel (Chivas) régal !

Écrit par Stéphane du site http://www.hypertexte.fr/
Le 20/05/2014 à 16h50

Très bonne idée ce type d'interview ! Je pense que ça va bien marcher. Il est toujours intéressant de connaître les goûts de chacun dans le milieu et ce format s'y prête bien. De plus, c'est très facile et agréable à lire car on veut toujours connaître l'opinion sur la question. J'attends donc la prochaine interview avec impatience peu importe l'invité. Je suis assez d'accord avec Raphaël concernant la pression engendrée par certains clients, mais qui n'aime pas le goût du challenge ?

Écrit par Daniel
Le 16/07/2014 à 09h20

J'aime bien ce type d'interview, qui permet de parler de SEO d'un autre point de vue : celui du quotidien.

Je me retrouve pas mal dans les propos de Raphaël, notamment concernant la faisabilité ou plutôt la non-faisabilité de certains projets client.

En effet, le SEO peut parfois se résumer en une phrase: "le SEO n'est pas une science exacte, c'est un art"

@+

Daniel

Écrit par Alexeo
Le 24/06/2016 à 13h40

Très bonne interview et je dirais +1 sur le fait que le SEO peut avoir un impact lourd sur certaines entreprises, notamment les PME qui en dépendent fortement. Je ne cesse de répéter aux entrepreneurs de se diversifier et de ne pas miser toutes leurs cartouches sur le SEO, c'est trop dangereux étant donné que Google mène la danse.

Les commentaires de ce billet sont fermés

Haut de page