À la découverte de Vanupié

À la découverte de Vanupié

Une fois n’est pas coutume, je me sers de mon blog pour vous présenter une personne que j’ai découvert cet été à La Rochelle. Non, il n’est pas référenceur, encore moins créateur de site Internet.

Vanupié, un artiste adorable

Il s’agit de Vanupié, un chanteur qui se produit depuis de nombreuses années dans le métro parisien, à la station Châtelet les Halles précisément. Après l’avoir écouté à plusieurs reprises, j’ai pu discuter avec lui et je lui ai proposé une interview. En toute sympathie, il a accepté de répondre à quelques questions. C’est parti !

Vanupié, peux-tu te présenter ?

Moi je m’appelle Vanupié. Je suis musicien, chanteur et guitariste, et ça fait maintenant 10 ans que je fais ça. Un peu partout dans le métro, dans les salles de concert et puis voilà je sors mon disque cette année en octobre et puis on enchaîne avec le concert de La Cigale.

Pourquoi ce nom de scène ?

Alors c’est un nom qui est venu en fait à la suite du fait que je jouais pieds nus. J’ai toujours joué de la musique pieds nus. Et en fait pieds nus on ne ressent pas les choses du tout de la même façon. Quand on enlève ses chaussures on ressent les vibrations dans le sol, on va sentir l’herbe, de l’air passer sur les pieds, etc. et j’ai trouvé ça intéressant de dire aux gens de regarder la vie sous un autre angle en fait, juste une autre façon de voir les choses. Et donc voilà c’est un peu une injonction en fait. C’est va nus pieds, c’est un peu vas-y nus pieds, enlève tes chaussures, regarde les choses différemment sous un autre angle puis tu verras, tu vas ressentir des choses que tu n’as pas ressenti avant.

Vanupié sur scène

Donc un peu comme Yannick Noah ?

C’est lui qui a copié sur moi (rires).

Bientôt un premier album dans les bacs, tu n’as pas trop d’appréhension ?

Alors moi ça fait maintenant 5 ans que je travaille sur ce disque. J’avais sorti un 4 titres avant avec des chansons qui seront aussi sur ce disque donc que j’ai réenregistré. Pour moi, je n’ai pas peur du tout parce que je suis vraiment très très content du résultat de l’album. Je pense que c’est vraiment dans la lignée directe de ce que je fais dans la rue et en concert et du coup je vois un peu comment les gens reçoivent les morceaux enregistrés et c’est très très bien reçu par tout le monde, par les professionnels. Tout le monde apprécie le disque et voilà je suis très content d’avoir ça à défendre et de pouvoir présenter ce disque là à tout le monde.

Homeless est l’un de tes titres phares, peux-tu nous en dire plus sur son histoire ?

Homeless est un morceau que j’ai écrit en pensant beaucoup à toute l’expérience que j’ai du métro. Parce que c’est vrai que dans le métro on est seul quand on joue et en fait il se passe beaucoup de choses pas terribles autour de nous. Il y a des gens qui s’engueulent, il y a des gens qui speedent parce qu’ils sont pressés de rentrer chez eux. Il y a beaucoup d’embrouilles, de problèmes dans le métro et cette chanson elle raconte quoi ? Elle dit qu’en fait il suffirait que tout le monde fasse des bonnes choses pour que l’on soit tous heureux. Ça a l’air con comme ça mais en fait c’est aussi simple que de faire un sourire à quelqu’un quoi. Et donc en fait cette chanson elle dit quoi ? Elle dit : je me sens seul là dedans, dans justement cette idée là de la vie où il faut faire des choses biens pour rendre tout le monde heureux et pour être heureux soi-même. Et c’est ça que je raconte, je suis tout seul un peu dans mon monde et dans ma tête et j’attends que les gens viennent me retrouver dans cette idée là de la vie.

J’ai vu que tu prenais un grand plaisir à chanter au port de La Rochelle. Comment t’es venu cette idée ?

J’ai été programmé au festival Reggae Sun Ska à Bordeaux. Je suis allé jouer là-bas et à la suite de ça je ne savais pas vraiment quoi faire. C’est vrai que tous les étés, je prends ma guitare et mon ampli et je me balade un peu partout en France et je vais jouer dans les villages et les villes. Et là cette année, j’ai mon meilleur ami qui a une maison à l’Ile de Ré, qui m’a dit viens passer quelques jours à l’Ile de Ré. Et pour y aller, on est obligé de passer par La Rochelle. Donc je me suis arrêté au niveau du port et j’ai vu qu’il y avait plein de gens, plein d’artistes. J’ai posé la question, non non les gens sont cools, les flics ne vont pas te virer (ndlr : ce qui lui arrive souvent à Châtelet), tu peux jouer et donc voilà comme j’adore jouer dans la rue, comme ça un peu voler des scènes dans la rue aux gens, je me suis posé et ça a tout de suite bien marché. Il fait un temps superbe, les gens sont cools, ça marche très très bien donc voilà je pense que je vais rester là jusqu’à ce que ça ne marche plus (sourire).

Tu te sens dans quel état d’esprit avant de monter sur scène à La Cigale de Paris ?

Je me sens... j’ai vraiment le trac. D’abord parce que c’est un concert et qu’à chaque fois qu’on a un concert, bah on a le trac. Mais parce que c’est effectivement la sortie de l’album, c’est une grosse salle mythique. C’est une salle dans laquelle j’ai envie de jouer depuis que j’ai 10 ans. C’est la première fois pour moi donc c’est beaucoup d’attente. J’espère vraiment qu’on va remplir et puis sinon c’est beaucoup d’excitation, beaucoup de plaisir et beaucoup de bonheur de faire cette aventure là quoi.

Tu parles de La Cigale comme d’une salle mythique quand d’autres parlent de l’Olympia, du Zénith ou de Bercy. Laquelle des 3 tu aimerais faire en premier après La Cigale ?

En priorité après La Cigale, je ferais bien l’Olympia. Pour la même raison que La Cigale en fait parce que c’est une salle dans laquelle je suis allé voir plein de concerts que j’ai adoré. C’est une super salle, pareille mythique, légendaire même. Tous les grands sont passés là-bas. Bercy ça me branche moins dans l’idée même si c’est une salle énorme. C’est pas très chaleureux, le son est pas génial là-bas. A chaque fois que je suis allé voir des concerts, c’était plutôt un son de hangar qu’un vrai son de scène. Maintenant, La Cigale c’est une vraie scène, une vraie salle et l’Olympia aussi. J’ai vraiment hâte de faire l’Olympia, je pense que ce sera pour la fin de la tournée.

As-tu un message à passer pour un artiste justement qui joue dans le métro ou qui fait comme toi, jouer en province l’été ?

Je pense que la rue et le travail du métro sont une superbe école parce que cela remet toujours les pendules à l’heure. On peut faire un concert avec 5000 personnes et se retrouver dans le métro le lendemain avec personne qui écoute la musique que l’on fait. Du coup ça remet les pieds sur terre en permanence, ça permet de créer et de faire perdurer le lien avec le public, le lien direct. Et c’est une salle de répétition magnifique car il y a toujours du public donc ça empêche de se retrouver tout seul à répéter chez soi. Pour moi, je conseillerais à tous les musiciens de la terre d’aller jouer dans la rue, dans le métro et de faire ces concerts là parce que cela apprend tellement sur soi-même et sur la musique que c’est un truc que j’adore faire et que je ferais pendant un bon bout de temps je pense.

Voilà l’interview est terminée. Je remercie Vanupié pour sa disponibilité, on a discuté près de deux heures autour d’un verre après son concert quotidien. Si vous ne connaissez pas encore sa musique, je vous propose une vidéo à écouter avec attention juste après quelques informations utiles à son sujet.

Si vous l’appréciez, faites du bruit autour de vous !!!!

Les dates à retenir :

  • Le 8 octobre 2013 : sortie de l’album Freebirds
  • Le 6 novembre 2013 : concert à La Cigale de Paris

Vous pouvez aussi retrouver Vanupié :

Catégorie Interviews - Écrit par le 23/08/2013 - Article lu 1 347 fois - 7 commentaires

7 réflexions sur ce billet

Écrit par Emile du site http://musikium.com/
Le 23/08/2013 à 09h13

Oh la grosse différence entre la voix parlée et la voix chantée :) ... C'est vraiment très sympa. Ca me fait penser que je dois aussi me mettre un peu au reggae. Très belle découverte pour moi. Merci Hervé pour la découverte. Il en faut plus des interviews d'artistes comme ça.

Tu m’as l’air d’avoir fait une sacré rencontre !
S’il faut pousser un peu niveau web, tu sais ou me trouver ;-)

Écrit par Jean du site http://newsmag.fr
Le 23/08/2013 à 09h30

Personnellement je ne suis pas très fan du Reggae, c'est une musique avec laquelle j'ai plus de mal à accrocher, limite plus que de la musique classique.

En revanche, j'ai bien aimé l'interview de l'artiste qui est bien dans l'esprit Reggae, ouverture au monde, idées pacifistes, etc. C'est un bon geste de ta part, et comme le dit Littlebuzz, si tu veux diffuser une actu sur lui, je serais honoré de participer.

Écrit par yvangremetz
Le 23/08/2013 à 12h04

Moi aussi, j'ai eu la chance de le découvrir à la Rochelle, il y a quelques jours, franchement ca fait du bien de le voir et de l'entendre, la musique, le rythme, la voix, on sent que ca sort de ses tripes, qu'il vit la musique, sa musique à 300%, bref, que du bonheur, j'ai acheté son cd et j'ai hâte que le prochain sorte !!!

Bravo et encore merci à lui pour l'émotion et le plaisir qu'il nous a fait partager !!!

Écrit par Patricia du site http://www.audiobank.fr/
Le 27/08/2013 à 10h54

Il a une belle voix, mais j'ai du mal à comprendre son anglais, en tout cas il y a beaucoup de vécu dans sa musique, c'est très riche en émotions.

Cet interview donnerait presque envie d'aller le rencontrer dans le métro :) C'est marrant de jouer dans le métro puis à la Cigale.

Écrit par Pierre du site http://www.techmah.fr/
Le 28/08/2013 à 06h21

Salut,

Très belle interview, c'est agréable de découvrir le personnage.

Bon pour ceux qui te suivent sur Twitter, c'était difficile de passer à côté de l'artiste que tu as déjà pas mal encensé :-)

Par contre l'interview confirme l'ouverture d'esprit du bonhomme et la vision entre zenitude et openitude, ça nous change de la névrose quotidienne qui caractérise plus notre beau pays.

Et le message positif qui te conseille d'arrêter de regarder ton nombril pour profiter de ce que tu as, au lieu de chercher à avoir toujours plus, c'est une philosophie à laquelle j'adhère à 1000% !

Les commentaires de ce billet sont fermés

Haut de page